Le cahier bleu - James A. LEVINE

Publié le par Mina

9782283024171~*~ Image cliquable ~*~


Titre : Le cahier bleu

Auteur :
James A. LEVINE

Edition :
Buchet Chastel

Genre :
Biographie

Résumé :
Batuk est âgée de neuf ans à peine quand son père, un paysan du Madya Pradesh, la vend à un bordel d'enfants de Common Street, à Bombay. Jetée en pâture aux désirs pervers des notables de la ville et des policiers pédophiles, la petite prostituée parvient, six années plus tard, à subtiliser un crayon à sa patronne. Et se met à couvrir les pages d'un cahier bleu auquel elle confie le quotidien épouvantable de son esclavage sexuel. Dans ce journal intimiste, désespéré, expiatoire, Batuk écrit tous les jours avec ses mots d'enfant sacrifiée. Elle écrit pour conjurer son destin, pour oublier que son père a abandonné sa léoparde aux yeux d'argent à la violence de ces clients qui viennent jusque dans son nid pour y faire des pains au lait. Elle écrit aussi pour retrouver ses jeux au village avec les lézards de son enfance entre les rochers chauffés par le soleil. Et, dans son cahier bleu, Batuk finit par s'inventer des héros fantastiques qui viendront peut-être, un jour, la libérer... Mais, une nuit, un taxi blanc s'arrête devant sa prison...

  James A Levine est professeur émérite et médecin dans la célèbre clinique américaine de Mayo. Il a été mandaté par les Nations unies pour enquêter sur le travail des enfants dans les pays émergents. Lors d'une visite dans la sordide rue des Cages de Bombay où exerce une partie du million deux cent mille enfants prostitués en Inde, il voit un jour une petite fille en sari rose qui écrit dans un cahier bleu. Batuk, l'héroïne du Cahier bleu, est née. Ce premier roman, dérangeant, puissant et engagé contre la prostitution des enfants dans le monde, est traduit dans une quinzaine de pays.


Mon avis :
Tout d'abord, je commencerais par dire que "Le cahier bleu" est une lecture qui ne laisse pas indemne, c'est un livre qui touche, qui remue, qui dérange et surtout qui fait réagir et réfléchir sur l'horreur de la condition de certains enfants en Inde.
C'est aussi un livre difficile à critiquer puisque ça revient à critiquer la réalité.
Néanmoins, je me dois de m'attarder sur la façon donc nous est rendue cette histoire puisque c'est le but d'une critique littéraire mais je reviendrais, à la toute fin, sur des faits réels car c'est important et je pense que c'est aussi le but de ce genre de récit.

  James A. Levine, professeur de médecine dans le Minnesota, nous livre ici un récit poignant, émouvant et déroutant. C'est Batuk, "la léoparde aux yeux d'argent", jeune fille de 15 ans qui se confie à nous : elle aborde avec beaucoup de fraîcheur ses rêves et son enfance (avant 9 ans), écrit des contes et des poèmes, mais sa vie, si on peut appeler cela une vie, Batuk nous la livre dure et brusque et ne nous épargne pas ; les larmes ont frôlés mes joues à certains passages et quand je croyais avoir lu le pire, je me rendais compte que l'horreur pouvait aller encore plus loin. On ne peut être que touchée et bouleversée par cette enfant qui, a 9 ans déjà, n'en était plus vraiment une. A noter qu'une petite fille en Inde qui sait lire et écrire est une chose exceptionnelle, le taux d'alphabétisation des filles étant de 45% en 2000.
  C'est un récit dur, violent, émouvant mais je pense que c'est important qu'il aie été écrit et qu'il faut le lire ; à noter que l'ensemble des royalties que docteur Levine tire des ventes du "Cahier bleu" sont reversés au Centre International des enfants disparus et exploités (www.icmec.org).

  Pour finir, je pense qu'il est important de s'arrêter un moment sur la réalité de la situation de ces enfants en Inde : on estime entre 400 000 et 500 000, le nombre d'enfants exploités sexuellement en Inde, avec des petites filles certes mais aussi des petits garçons. Ces trafics se déroulent dans les grandes villes comme Calcutta ou Bombay et son alimentés par les familles pauvres d'Inde mais aussi du Népal et du Bangladesh, forcés de vendre leurs propres enfants. Il y a même des autorités qui participent à ce trafic et pourtant, la constitution indienne interdit le travail des enfants avant 14 ans depuis 1947 et l'Etat a ratifié la Convention des droits de l'enfant. Les mutilations sexuelles y persistent aussi que ce soit chez les petites filles ou les petits garçons.
  J'aimerais aussi faire référence au film "Slumdog millionnaire" qui évoque également la prostitution dans les temples avec des jeunes filles engagées comme danseuse, ou devadesis, avec qui, selon la croyance, les rapports sexuels procurent bonheur et chance ; les Orphelinats sont aussi abordés, avec ces enfants recueillis dans les rues qu'on mutile physiquement pour faire la manche et rapporter plus d'argent.
  Tout ceci est choquant, d'autant plus au XXIème siècle. Il existe bien sûr des associations dont j'aimerais vous communiquer les adresses internet : l'association contre la prostitution des enfants (www.acpe-asso.org)ainsi que ECPAT International (www.ecpat.net) et la fondation Batuk créée par James A. Levine (www.BatukFoundation.org)


livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com
Merci beaucoup ! (^-^)

Publié dans Biographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Bonjour,


Je viens de finir se livre et ce que je peux en dire c'est que oui on n 'en reste pas indemme, ni intouchable. C'est tout simplement horrible de lire ces mots si vrais si pure et si rempli
d'espoir. Je ne savais pas a quel point même les enfants étaient capable d'encaisser autant et encore moins que les adultes puisse "acépter" le quart de ce que cette jeune fille a vécu. Dans
chaque situation j'ai essayer de comprendre, de me mettre à sa place, mais il est impossible de ressetir ou de comprendre je crois le quart de ce qu'elle a pu ressentir une seule seconde parce
qu'elle y était comme des milliers et pas nous, lecteur derrière notre livre.


Est-elle encore en vie, ou est elle ? Elle a reussi a me faire sourir malgré la dureté de certains passage, ses contes et ses poêmes sont magnifique, malgré sa vie, son chemiin, elle a fait
sa vie dans sa tête dès qu'elle le pouvait. Ce stylo était sa mine d'or, d'un bout de rien elle a créer le frisson chez tellement de monde. Merci à elle, pas d'avoir vécu ces choses monstrueuses,
mais d'avoir accepeter être publié et partager ces écris si precieux qui l'ont suivi lomgtemps lorsqu'elle était seule au monde.


Malheureuement je n'arrive pas ouvrir le site e la fondation Batuk, impossible d'yaccéder. Quelqu'un aurait il une adresse a me communiquée ?


Merci d'avance en tout cas. Et peace a tout ces enfants perdu que le monde n'a pas épargné, sur mes murs, leurs calvaires et gravé, je ne cesse d'imaginer qu'il aurai pu s'agir de moi ou de vous
et même si une pensée n'aidera pas ces milliers d'enfants je prie pour qu'un jour nous arrivions a changer les choses.



Répondre
M


Je n'ajouterais pas un seul mot à ce que tu viens de dire... (._. ) merci Cindy.


P.S. : je m'excuse pour le site de la fondation, apparemment il ne serait plus disponible.



A


pourquoi ne peut-on pas se connecter sur le site de la fondation de Batuk ? merci beaucoup



Répondre
M


Je ne peux vous répondre... =$



S


c'est vrai que c'est un livre tres difficile a lire, j'aimerais bien savoir ce qu'est devenu la petite batuk si quelqu'un le sais peut etre pourrez vous me renseigner 



Répondre
M


Bonjour Salomé, c'est un livre difficile mais important à lire. Sinon, en ce qui concerne la petite Batuk, je ne pense pas qu'elle ait réellement existé, ce doit plus être un personnage de
fiction inspiré de différentes enfants réelles... eh puis, il me semble que la fin était assez explicite... (._. )


Merci pour ton commentaire (^-^)



L

j'ai mis ton billet en lien sur le mien;-)


Répondre
M


Merci beaucoup ! (^-^)



L

une lecture qui me hante encore... on n'en sort pas indemne!


Répondre
M


Non, c'est certain, elle me revient encore de temps en temps également mais je ne suis pas déçue d'avoir osé ouvrir ce livre ! :)


Merci beaucoup pour ton commentaire Lasardine ! (^-^)