Le portrait de Dorian Gray - Oscar WILDE

Publié le par Mina

doriangray~*~ Image cliquable ~*~


Titre :  Le portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray)

Auteur :
  Oscar WILDE

Edition :
  Le Livre de Poche

Genre :
  Classique (fantastique)

Résumé :

  «Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d'un jeune homme d'une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d'étranges conjectures.»
  Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce voeu insensé : garder toujours l'éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l'âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et l'enfer.»
  Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d'opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers. Lorsqu'il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d'être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d'esthète - fascinants, l'un et l'autre, d'une étrangeté qui touche au fantastique.



Mon avis :
  Wilde a fait son entrée dans mon challenge ABC. Je découvre totalement cet auteur, classique bien sûr, avec une écriture que je qualifierais de dense, en particulier au travers des réflexions de Lord Henry, et pourtant, je me suis surprise à tourner les pages sans même m'en rendre compte si bien qu'en un dimanche, il était lu.

  J'aimerais commencer par vous évoquer l'accueil qu'a eu ce roman à sa sortie en 1890 : il était considéré comme immoral, on lui reproche son personnage monstrueux. Ce qui est amusant c'est de trouver au coeur de ce livre, une sorte de réponse de Wilde à ces critiques acerbes : "Les livres que le monde appelle immoraux sont les livres qui lui montrent sa propre honte."

 

  Le roman d'Oscar Wilde est divisé, selon moi, en trois parties : ce que j'appellerais la création du tableau, puis le premier vice de Dorian Gray en quelque sorte et, enfin, la descente aux enfers.


  Tout commence par une discussion entre Lord Henry Wotton et le peintre Basil Halward autour de ce portrait de Dorian Gray. Lord Henry ou Harry pour les intimes, est un personnage central dans cette première partie qui brille par sa sagesse, il apporte toute la philosophie à ce roman avec de longues réflexions sur l'amitié, la beauté, le but de la vie...

"Réaliser à la perfection notre propre nature, voilà pourquoi chacun d'entre nous est là. De nos jours, les gens ont peur d'eux-mêmes. Ils oublient le plus important de tous les devoirs : le devoir envers soi."

  On regrettera seulement ses remarques misogynes, néanmoins assorties à l'époque. Quelques instants plus tard, Dorian Gray va se joindre à eux et, alors qu'il pose pour le peintre Basil, Lord Henry reste à ses côtés et par ses paroles sondent son âme et le révèle à lui-même... Je vous rappelle à ce propos que l'histoire de ce roman est bien celle du portrait de ce Dorian Gray qui vieillit à sa place. C'est un peu lors de cette scène que son âme ou sa conscience, est transférée dans cette oeuvre.

 

  Dans une deuxième partie, Dorian, aveuglé par l'amour va commettre un acte cruel et découvrir pour la première fois le pouvoir de son portrait. A peine effrayé, il décide d'en jouer et, le considérant comme sa conscience, décide de se rattraper. Malheureusement, avec toute l'inconstance de son jeune âge, la morale ne tiendra pas longtemps le rythme surtout avec la cadence que prend alors sa vie. Il devient très incompréhensibles dans cette partie... difficile à suivre...

 

  Dépassé par son voeu de jeunesse éternelle, dix-huit ans plus tard, tout le danger de ce portrait se fait sentir et Dorian Gray entame une descente aux enfers. C'est ici que toute la dimension fantastique de ce roman explose mais c'est aussi ici que Lord Henry devient très peu crédible : en cela qu'il ne remarque même pas qu'au bout de dix-huit ans, Dorian n'a pas changé...

 

  Pour conclure, "Le portrait de Dorian Gray" est un récit dense, fantastique mais aussi et surtout philosophique. J'ai aimé les longues réflexions de Lord Henry si l'on excepte ses remarques sur les femmes. Oscar Wilde nous dresse un portrait de l'époque victorienne avec cette recherche de l'esthétique et de l'hédonisme. Un classique à lire ! (^-^)

 

"L'artiste est celui qui crée les choses de beauté.

Révéler l'art et dissimuler l'artiste, tel est le but de l'art.

Le critique est celui qui sait traduire d'une autre façon ou avec un autre matériau l'impression que lui font des choses de beauté."


challengeabc

Publié dans Classique

Commenter cet article

Grimmy 04/12/2010 14:29


J'en garde un excellent souvenir et j'ai m^me envie de le relire !


Mina 04/12/2010 21:54



(^-^) Merci beaucoup pour ta visite Grimmy



100choses 19/11/2010 11:31


Une oeuvre qui m'a enchantée. Depuis, j'ai lu avec beaucoup de plaisir la fantôme de Canterville. La plume d'Oscar Wilde et son impertinence sont délicieuses.


Mina 19/11/2010 16:36



Ravie de voir que tu es une grande amatrice de Wilde ! (^-^) merci pour ton commentaire 100choses



Devona 17/11/2010 17:31


Si bien sûr ! ^^


Devona 17/11/2010 14:34


Il est dans ma PAL depuis quelques mois déja il faudrait vraiment que je le lise !


Mina 17/11/2010 16:47



Mon avis ne t'a pas donné envie de l'en sortir ?!? (^-^) Merci pour ton commentaire Devona



Liyah 13/11/2010 12:15


C'est un livre que je veux lire depuis un sacrée moment ! Il a intégré ma PAL cet été mais là il est resté en France ! Faudra vraiment que je me décide à l'ouvrir !


Mina 13/11/2010 13:19



=) Merci pour ton commentaire Liyah (^-^)