Interview #8 - Jérôme Giovannoni

Publié le par Mina

~ Interview de Jérôme Giovannoni ~

jeromegiovanonni.png

 

Présentation par Mina : Jérôme Giovannoni est un jeune auteur de 28 ans. résidant à la Réunion il s'est fortement inspiré, pour son premier roman, des paysages et de l'ambiance pour une histoire jeunesse pleine d'aventures, d'amitiés et de pouvoirs hors du commun. Je vous invite à découvrir ma chronique : " Triana, t.1 : premier séjour sur l'île".


 

M : Toute première question et non des moindres, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Jérôme Giovannoni : Ce n'est pas évident de se présenter. Je pourrais dire mon âge, mon métier, des choses de ce genre, mais ce qui me caractérise surtout c'est que j'aime aller au bout de mes rêves, de mes passions, et je crois que rien n'est jamais impossible quand on a la flamme dans ses yeux et qu'on se donne les moyens d'y arriver. 

 

Depuis combien de temps écris-tu ?

J.G. : Depuis 7 - 8 ans si mes souvenirs sont exacts. 

 

Peux-tu parler de ton parcours pour te faire éditer ?

J.G. C'est une question un peu compliquée dans mon cas. Je vais essayer d'être le plus clair possible. Disons qu'initialement j'avais créé une première version de Triana, bien différente de celle qui est publiée. Il y avait tout de même des points communs comme des jeunes en vacances avec des pouvoirs. Mais l'histoire se passait dans le sud de la France. Une fois que l'écriture de ce que l'on qualifierait d'un gros pavé fut achevée (600 pages d'un livre classique) j'ai d'abord déposé l'oeuvre à la SGDL (Société des Gens de Lettre) pour la faire protéger. Ensuite par des recherches j'ai vu comment devait se présenter un manuscrit à envoyer aux maisons d'édition et j'ai recherché les plus connues faisant du fantastique jeunesse. 

  Des mois d'attente plus tard, lorsque je recevais une réponse c'était une lettre tout à fait standard de refus. 

 J'ai ensuite fait l'erreur de continuer à rechercher d'autres maisons d'édition mais plutôt spécialisée dans le lancement de nouveaux auteurs au lieu de me poser la bonne question. Pourquoi  ces refus ?

  Après m'être bercé d'illusion avec une publication à la demande où finalement on se rend vite compte que ce ne sont pas des éditeurs au sens traditionnel du terme (puisqu'au final ils publient presque tout le monde, avec le texte d'origine de l'auteur, ses fautes, sans aucun suivi et aucune personnalisation de l'ouvrage), c'était tout l'inverse, j'avais perdu l'envie d'écrire. Mais les compliments et encouragements de mon entourage et de mes élèves, principalement sur tout ce qui touche à la trame scénaristique plus qu'à la qualité de l'écriture m'ont convaincu de persévérer. 

  Et c'est alors que je me suis posé la bonne question et trouvé la bonne réponse. Si les éditeurs ne voulaient pas me publier, vu que l'histoire plaisait, c'était mon écriture qui devait poser problème. Et pour bien écrire, il me fallait d'abord comprendre ce que cela signifiait. C'est alors, avec d'excellentes suggestions de lectures, que je me suis mis à lire davantage en me focalisant sur la façon d'écrire des auteurs publiés. Petit à petit en relisant ce que je faisais, je comprenais et parvenais à corriger mon écriture. Une occasion particulière s'est soudainement présentée. Le proviseur du lycée dans lequel je travaillais souhaitais présenter un projet lors du premier salon de l'éducation à La Réunion. Comme deux des axes du projet d'établissement étaient la maîtrise de la langue française et l'utilisation des nouvelles technologies, j'ai eu l'idée de mélanger les deux et avec un groupe d'élève très motivés, nous avons réalisé un site web d'accès à la lecture à l'aide des nouvelles technologiques. On devait y trouvait un livre en numérique, ce même livre en audio pour les personnes par exemple ayant des déficiences visuelles ou des difficultés à lire mais aussi des activités pédagogiques en lecture et en audio pour travailler sur le contenu du livre. 

  Quel livre choisir ? Les élèves ne souhaitaient pas travailler sur des livres tombés dans le domaine public et les livres récents étaient soumis aux droits d'auteurs. C'est alors que certains élèves qui connaissaient Triana ont proposé que ce soit ce livre qui soit retenu d'autant plus que j'avais commencé à imaginer l'histoire si elle s'était passé à La Réunion. Je me suis donc mis à écrire les premiers chapitres afin de pouvoir présenter dans les temps ce site internet. 

  Mission accomplie avec de nombreux retours positifs, la motivation à nouveau là, je me suis plongé dans l'écriture complète de "Triana, vacances à l'île de La Réunion". Et lors du salon du livre jeunesse 2010 à La Réunion j'ai remis ce nouveau manuscrit aux maisons d'éditions présentes qui acceptaient de le prendre et de longs mois plus tard je reçu trois réponse dont deux positives. Après m'être renseigné et discuté avec eux, je choisis Orphie qui me suivait sur mon idée de faire une série de romans illustrés. 

  Le contrat d'édition signé, l'aventure pouvait réellement commencer !

triana


Tu as été professeur, est-ce que ton métier t'a orienté vers un roman jeunesse ?

J.G. : Je le suis toujours... Même si mes fonctions ne sont actuellement pas celles d'un enseignant. Par contre ce n'est pas mon métier qui m'a orienté vers un roman jeunesse. L'univers culturel dans lequel je me sens bien correspond à un public jeunesse. Après il est vrai que certaines scènes du roman ont été retravaillées afin de les rendre accessibles à un public plus jeune. Certaines scènes étaient plus explicites et j'ai voulu, un peu tardivement d'ailleurs, retravailler ces scènes car le côté sombre que l'on pouvait ressentir à leur lecture ne me correspondait pas ou plus.

 

Es-tu en grand lecteur ?

J.G. Excellente question ! Ma bibliothèque est remplie de mangas... Pour les romans, j'en ai lu quelques uns mais finalement la plupart assez récemment. 

  Souvent, avant d'écrire un roman, on est d'abord lecteur. Ce n'est pas vraiment mon cas. 

  Quand j'étais petit j'aimais beaucoup lire à la bibliothèque, puis avec les livres imposés en cours de français, l'envie de lire s'est dissipée. Je m'étais même dit que j'allais écrire le livre que j'aurais envie de lire. Et écrire sans lire, c'est très sympa mais cela reste personnel. Aucune chance d'être édité. Ce n'est que lorsque, petit à petit, je me suis mis à la recherche de romans qui pouvaient me plaire lLe livre des étoiles que m'a fait découvrir ma bien aimée m'a beaucoup marqué par exemple, mais aussi Twilight pour son histoire mais aussi son style), que j'ai compris ce que voulait dire "écrire". Et avec les conseils de mon entourage et un gros travail personnel d'analyse, j'ai retravaillé encore et encore mon texte jusqu'à ce qu'un jour je reçoive des réponses positives d'éditeurs.  

 

Quelles sont tes principales inspirations ?

J.G. Ma principale inspiration pour Triana reste mes vacances dans une belle résidence du Languedoc Roussillon (mais bien moins luxueuse qu'Anna-Plage) avec l'un de mes meilleurs amis Marc-Axel. 

  Pour le côté fantastique j'ai été pas mal influencé par des séries comme Smallville, Kyle XY ou encore des mangas comme DBZ, Naruto, Love Hina, Yu-gi-oh par exemple. Heroes aurait pu fortement m'inspirer également mais les premières versions de Triana étaient déjà écrites lorsque la série est sortie. Par contre il y a un gros clin d'oeil à cette série dans Triana, je vous laisse le trouver (indice, c'est du côté du travail de Moonlight qu'il faut chercher)

 

L'amitié est un point central dans le premier tome de Triana (et les suivants je suppose) ; est-ce que c'est l'une de tes valeurs premières ?

J.G. : La véritable amitié est une de mes valeurs premières en effet. Pour moi, loin des yeux n'est jamais loin du coeur. Je vis depuis quelques années à La Réunion mais je sais que mes vrais amis, même si on ne s'écrit pas beaucoup et que je ne les vois au mieux qu'une fois tous les deux ans, seront toujours là. On n'oublie jamais ses vrais amis !

 

Il me semble que ce sont tes élèves qui t'ont poussé à concrétiser ce projet mais aussi à localiser Triana à la Réunion ; où avais-tu situé l'action au départ ?

J.G. Mes élèves, pour ceux qui le souhaitaient, pouvaient lire au CDI une première version de Triana (avant que je ne me remette à la lecture). Malgré la piètre qualité d'écriture de cette version, ils ont beaucoup accroché à l'histoire et m'ont en effet fortement suggéré l'idée que ce serait super si cela se passait à La Réunion. 

  Initialement, Triana se déroulait dans une belle résidence du Sud de la France, en référence à mes propres vacances.  

 

Combien de tomes sont prévus pour la série Triana ?

J.G. : La saison 1 éditée par Orphie comportera 6 tomes. Et je croise les doigts pour que l'aventure se poursuive par une seconde saison, dont un premier jet est déjà écrit, qui devrait elle aussi faire 6 tomes. Et pour tout vous dire, si je peux développer tous les arcs scénaristiques que j'ai en tête, la série complète pourrait aller jusqu'à 6 saisons de 6 tomes si on reste sur le format de publication actuel. 

 

Feras-tu des dédicaces prochainement ?

J.G. J'ai la chance en ce moment de rencontrer mes lecteurs puisque j'ai réalisé au mois de janvier et en ce début février pas mal de séances de dédicaces à La Réunion. Les deux prochaines dates sont les suivantes :

  - le samedi 18 février à partir de 14h30 à l'Agora du Port. 

  - le samedi 10 mars de 15h à 17h à la librairie Gérard de Saint-Denis. 

  Pour la métropole je serai enchanté de pouvoir en réaliser mais rien n'est prévu malheureusement pour le moment. 

 

Quels sont tes projets littéraires ? 

J.G. Ils se résument en 6 lettres : TRIANA

  Dans l'immédiat je suis en train de finaliser l'écriture du tome 2 et de travailler avec Moonlight sur la couverture et les illustrations. Je croise les doigts pour une sortie à la rentrée scolaire. 

  Cependant j'ai quelques idées pour d'autres projets mais le temps me manque actuellement pour les réaliser. 

 

 

: Que penses-tu du nouveau moyen de communication que représentent les blogs littéraires ?

J.G.  : L'avenir au présent ! 

  Ce que je trouve fantastique aujourd'hui, c'est que la lecture, qui est un des plus anciens loisirs existant, parvient à suivre, s'intégrer et innover dans le monde moderne communiquant d'aujourd'hui. Et c'est là l'important, car la lecture est d'abord une activité personnelle, individuelle et les échanges sur les lectures étaient par le passé réservés à une minorité. De plus il n'est pas toujours aisé de trouver dans son entourage des lecteurs avec qui échanger. Dans la multitude de publications il n'est pas facile de s'y retrouver. La presse traditionnelle permettait de se faire une idée sur certains ouvrages mais ils en laissaient beaucoup de côté et n'était pas adaptée à l'échange, aux commentaires. Les blogs littéraires, eux, permettent cela et même mieux car bien souvent, ceux qui tiennent ces blogs sont des lecteurs comme tout le monde et non spécialisés comme serait un journaliste, donc plus proche d'un lecteur lambda. De plus les blogs permettent les commentaires, les échanges, les liens et donc de multiples avis et de multiples découvertes que ne permet pas la presse traditionnel. Les blogs rapprochent aussi les gens, les auteurs, lecteurs, illustrateurs et éditeurs. Ce qui avant était inaccessible, aujourd'hui ne l'est plus !

  En résumé, les blogs littéraires sont magiques car ils permettent à des personnes qui ne se seraient jamais croisés d'échanger sur leur passion commune, le livre.

 

 

Et le mot de la fin sera...

J.G. : Merci !

 

Merci beaucoup, Jérôme Giovannoni, de m'avoir permis de découvrir ton tout premier roman et d'avoir accepté cette interview. (^-^)


Publié dans ♦ Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jérôme Giovannoni 12/03/2012 07:36


Merci beaucoup pour ce commentaire Nathan. Content que tu aies apprécié l'interview.

Mina 12/03/2012 08:43



(^-^)



Nathan - Bouquinsenfolie 01/03/2012 20:33


super interview, je ne pensais pas que la série serait si longue ! :)


et super commentaire sur les blogs littéraires ! ;)

Mina 01/03/2012 20:54



Merci beaucoup d'avoir pris le temps de découvrir cette interview Nathan (^-^)