Interview #10 - Sire Cédric

Publié le par Mina

~ Sire Cédric ~

http://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-prn1/27313_330517791815_52897051815_4139032_8022704_n.jpg[Photo de presse 2010 (c) Nicolas Guillabert]

 

Présentation par Mina : Je ne suis pas sûre que cela soit utile... (^-^) Passons directement à l'interview !

 

Mina : As-tu toujours voulu être auteur ? Quel a été ton parcours ?

 Sire Cédric : J’ai commencé à griffonner des bribes d’histoires sur des cahiers dès l’école primaire, sans me douter que je ne m’arrêterais jamais ! (Rires.) La vraie rencontre s’est faite au lycée. Je me souviens que la découverte des romans de Stephen King, puis de ceux de Clive Barker, avait déclenché une certaine euphorie chez moi. Je me disais : « Ces types sont payés pour écrire des histoires d’horreur. C’est le métier le plus cool du monde ! Voilà ce que je veux faire, moi aussi ! » Ce que ces deux auteurs en particulier m’ont fait comprendre, et ce sur quoi j’aimerais insister, c’était qu’une telle carrière est possible, dans la vraie vie, contrairement à tout ce que je pouvais entendre autour de moi à cette époque-là. Ils m’ont aussi fait réaliser à quel point j’aimais la littérature, à quel point elle pouvait changer la vie des gens. Et puis, surtout, je pense que ce que leurs livres m’ont fait réaliser, c’est qu’on A LE DROIT de faire ça, d’écrire des histoires de cette manière, d’aborder les schémas narratifs de manière nouvelle, moderne, intelligente, intense, contrairement à tout ce que les professeurs de français nous enseignent. J’ai tout appris de ces deux auteurs, vraiment. Ensuite, mon parcours à partir de cette période a été simple. Lire énormément. Écrire énormément. Je ne sais pas si j’ai jamais réellement « cru » que j’y arriverais, en tout cas j’en rêvais, c’est certain. Et s’il y a une dernière chose essentielle que ces auteurs m’ont apprise, c’est que les rêves peuvent se réaliser si on y croit assez fort. 

 

M : Quel est ton livre de chevet ?

 Sire C. : Sans doute Le royaume des devins, ou bien Le livre de sang, les deux premiers livres que j’ai lus de Clive Barker. Beaucoup d’autres livres ont accompagné ma vie, par la suite, et peut-être meilleurs, qui sait, mais ces deux-là ont marqué un tournant décisif pour moi.

 

M : Quelles sont tes références en matière d'auteurs ?

 Sire C. : Ceux qui restent quand on a oublié tous les autres.

 

M : D’où vient le pseudonyme Sire Cédric ?

 Sire C. : Mes amis m’avaient donné ce pseudonyme il y a longtemps. On entend Circé quand on le prononce (tous mes amis m’appellent encore Sire C.). J’aime le second degré qu’il véhicule, le sourire en coin implicite, même si cela n’est pas – ne peut pas être – compris par ceux qui se prennent très au sérieux…

 

M : Dans tes romans, tu reprends les mêmes héros, Eva Svärta et/ou Alexandre Vauvert ; pourquoi avoir choisi d'utiliser les mêmes personnages ? As-tu le sentiment de t'y attacher au fil du temps ?

 Sire C. : En fait, si Eva et Alexandre reviennent c’est justement parce que je me suis attaché à eux. C’est assez ironique à mes yeux, car je n’ai jamais eu l’intention de faire une série, je crois que cette idée m’aurait fait éclater de rire si on me l’avait soumise il y a quelques années. Chaque livre reste donc lisible de manière indépendante mais… en fait, tout cela est en train de devenir une véritable série ! (Rires.) Pour le moment.

 

M : On retrouve souvent des personnages albinos dans tes récits ; quelle signification ont-ils pour toi ?

 

Sire C. : Pour moi, ce n’est pas tant qu’ils soient albinos, mais le fait qu’ils aient les cheveux blancs. C’est une vieille obsession personnelle. Depuis mes premières histoires, tous mes personnages ayant plongé le regard de l’autre côté du miroir, ayant survécu à l’autre monde, ou ayant littéralement de la magie dans leurs veines subissent une décoloration, une dépigmentation de leur chevelure. Il y a de cette manière plusieurs éléments récurrents dans mes histoires. La couleur bleue en fait partie. Entre autres.

 

M : D’autre part, tes personnages principaux sont souvent des femmes ; est-ce un choix conscient ?

Sire C. : Oui, bien sûr. C’est un autre élément essentiel qu’on retrouve dans la plupart de mes histoires. Ma fascination totale envers les femmes. Et aussi l’idée que la magie passe, avant tout et toujours, par elles.

 

M : Pourquoi tout ce sang ? lol

Sire C. : Parce que j’adore ça ! (Rires.) J’écris du divertissement, rien de tout cela n’est sérieux. Comme je l’ai dit tout à l’heure j’ai réalisé en lisant Barker que j’avais le DROIT d’assouvir mes envies, de jouer avec les codes et d’en faire des tonnes. C’est jouissif. C’est positif. Je plaide totalement coupable.

 

M : As-tu des rituels pour écrire ? un lieu fétiche ? un moment de la journée ? une musique ?

Sire C. : J’ai besoin d’un cadre isolé, pour avoir l’esprit entièrement libre, c’est tout. Et je bois beaucoup de café. (Rires.)

 

M : As-tu parfois envie d'écrire autre chose que des thrillers ou des nouvelles fantastico-horrifiques ?

Sire C. : J’ai toujours écrit ce dont j’avais envie, au moment où j’en avais envie. Il y a encore des milliers de choses que je n’ai pas encore essayées. Je ne me sens en aucun cas enchaîné à un genre précis.

 

M : Que penses-tu des blogs littéraires qui fleurissent sur la toile ces dernières années ?

Sire C. : Les moyens de communication ont changé, se sont démocratisés, se réinventent sans cesse, et je trouve ça très positif et très excitant ! De plus, en tant qu’auteur, je dois énormément aux blogueurs, je ne cesserai jamais de les remercier pour tout leur enthousiasme et leur efficacité. Ce sont de gros lecteurs, ils parlent des livres, partagent leurs coups de cœur, et font réellement vivre la littérature.

 

M : Inversons les rôles : aimerais-tu poser une question à tes lecteurs ?

Sire C. : Si tu veux la vérité, j’aurais bien trop de questions à leur poser !

 

M : As-tu des dédicaces de prévues dans les mois qui viennent ?

Sire C. : La litre de toutes les rencontres et signatures figure sur mon site internet à cet endroit : http://www.sire-cedric.com/agenda

 

M : Et le mot de la fin sera…

Sire C. : … Un grand merci pour cette agréable interview !

 

Merci beaucoup pour ta bonne humeur Sire Cédric et au plaisir d'une nouvelle lecture ! (^-^)

 

Publié dans ♦ Interviews

Commenter cet article

chantal 28/05/2012 17:01


Interview très bien menée. Elle nous fait découvrir un personnage fort intéressant et même un peu mystérieux. On a envie de se plonger dans son oeuvre pour savoir si elle lui correspond
réellement.  Bravo Mina

Mina 28/05/2012 18:19



Merci Chantal (^-^)



GRAZOU 28/05/2012 12:54


Très belle interview, des questions très bien choisies ! J'adore Sire Cédric ! Merci Mina !

Mina 28/05/2012 18:19



Merci de ta visite Grazou (^-^)



Martine27 28/05/2012 11:10


Merci de nous faire découvrir cet auteur que j'adore !

Mina 28/05/2012 11:41



Merci Martine27 (^-^)